26/09/2005

 

Le site de

Racing Life

est fermé.


09:03 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/09/2005

Spa Francorchamps – Alonso :

CIRCUIT

Spa Francorchamps – Alonso :

« C’est l’endroit que je préfère pour piloter une voiture de F1 »

L'Espagnol adore la montagne russe de Spa-Francorchamps - et il sait que sa R25 sera une arme formidable dimanche.

Fernando, parlez-nous de Spa…
C’est l’endroit que je préfère pour piloter une voiture de F1. Impossible de dire quel virage est plus sympa que les autres parce que tout le tour est inouï. Les gens connaissent surtout l’Eau Rouge mais tout est fantastique là-bas au volant d’une F1. Le tour est long, les différences entre une bonne et une mauvaise voiture, un moteur compétitif et poussif, un pilote rapide et limité sont très sensibles.

De quelle manière le circuit est-il exigeant pour les monoplaces ?
Je pense qu’il est très difficile pour les moteurs et c’est la raison pour laquelle nous l’utilisons au banc d’essais. La compression de l’Eau Rouge, la puissance nécessaire pour les longues lignes droites en montée… pas simple ! Sur certains circuits, il est difficile de sentir un gain en puissance, mais il en va autrement à Spa. Après avoir sollicité le moteur à Monza, nous devrons le préserver en essais pour pouvoir être en position de force pour le dimanche.

Les gens disent que vous pourriez être sacré champion en Belgique…
J’ai beaucoup de bons souvenirs de Spa : j’y ai gagné ma première course de F3000 en 2000 et, même l’année dernière, je menais la course lorsque j’ai dû abandonner. Les gens parlent du fait que je puisse y gagner championnat et j’aimerais pouvoir y arriver. Mais d’autres endroits seraient propices : Brésil, Japon, Chine… En fait, ce n’est pas très important. Je pars pour la Belgique en voulant essayer de jouer la victoire. Nous verrons comment le week-end se déroule…


08:40 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Stop ou encore ?

CIRCUIT

WS by Renault FR 3.5

Stop ou encore ?

 

Grâce à ses deux victoires d’Oschersleben, Robert Kubica (Epsilon Euskadi) a creusé un écart conséquent sur ses adversaires à six courses de la fin. Mathématiquement, le Polonais peut être titré dès Donington. Mais pour cela, il faudrait que Tristan Gommendy (KTR), Will Power (Carlin Motorsport), Adrian Valles (Pons Racing) et quelques autres soient frappés par un manque total de réussite.

 

Robert Kubica, c’est un peu la force tranquille. En Allemagne, le Polonais s’est montré intraitable dans des conditions météo exécrables. Sans commettre la moindre erreur, le leader de l’équipe Epsilon Euskadi a remporté deux victoires supplémentaires. De quoi aborder la courte pause estivale avec un confortable matelas de 47 points d’avance. Ce qui signifie qu’il repartira de Grande-Bretagne en leader, quoi qu’il arrive… 

Le week-end d’Oschersleben a également été une bonne opération pour Tristan Gomendy. Grâce à deux podiums, le Français est revenu dans la course au titre. Ses quatre résultats vierges – contre un seul à Kubica – seront un lourd handicap à l’heure de l’addition. Mais Tristan est bien décidé à se battre jusqu’au bout !


08:37 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |