29/08/2005

JES-Competition

CIRCUIT

JES-Competition

Euphony 24 Heures de Zolder

 

À l'aube de ces 24 Heures de Zolder, les stratèges de JES-Competition espéraient secrètement se classer parmi les 10 premiers, soit un rang de mieux que l'an dernier. Le bolide de JES-Competition surprit tout le monde en se hissant régulièrement dans ce top 10. Malheureusement, un problème technique fit déraper cette belle mécanique. Le team de Haacht ne baissa cependant pas les bras, reprit le collier et termina au 13e rang du général, avec en prime un podium en catégorie Invités..

 

Les essais s'étaient déroulés comme prévu : le team avait trouvé les bons réglages et en réalisant un joli chrono de 1.45.574 sans forcer la mécanique, Dries Heyman, John Van den Branden, Pascal Nelissen Grade et Marc Van Hoof hissèrent leur voiture à la 33e position.

Le warm-up dominical n'aurait dû être qu'un ultime contrôle, mais : "Soudainement, le capot de notre Porsche Supercup noire s'ouvrit et le pare-brise vola en éclats. Nous devions d'urgence nous remettre au travail, mais le pire, c'est que nous avions perdu notre place intéressante sur la grille de départ, car nous devions nous élancer depuis les pitlanes", explique Pascal.

 

À 17 heures tapantes, John prit le départ et s'appliqua à récupérer le terrain. "J'ai trouvé d'emblée le bon rythme et sans jamais forcer, j'ai rattrapé les concurrents les uns après les autres. À l'issue de mon premier relais, qui a duré plus de deux heures et demie, la voiture se trouvait déjà aux portes du top 10. C'était vraiment fantastique !", poursuit l'imprimeur-pilote de Haacht. Tant Pascal que Marc reprirent sur l'élan de leurs équipiers et en pleine nuit, Dries Heyman était signalé à la septième place ! "La voiture tournait à la perfection, c'est LA condition pour réaliser une bonne performance dans une manche d'endurance. Et à notre rythme en plus !", admet Dries.  

 

Mais c'était sans compter sur Dame Malchance, qui débarqua vers la mi-course. Pascal Nelissen Grade s'immobilisa soudain le long de la piste : "Jusqu'alors, notre Porsche n'avait pas montré le moindre signe de faiblesse. Le fautif : le câble d'accélérateur. Nous avons perdu plus d'une heure, mais en recourant au tuyau qui me sert à boire par mon casque, et en rejetant les gaz par la fenêtre, j'ai réussi à remonter sur le tarmac. Notre beau classement n'était plus qu'un souvenir, évidemment, car nous étions retombés à la 22e place au général."

 

"Ce problème s'est encore reproduit", poursuit Marc Van Hoof. "Mais cette fois, nous avions la chance d'être à proximité des boxes. Nous n'avons guère perdu plus de quelques minutes. Nous n'avions pas l'intention d'abandonner, nous nous sommes donc lancés dans une course-poursuite."

 

"En effet", renchérit John. "Avec l'appui de tous les gars du team, nous avons roulé sur notre valeur et terminons finalement 13e, avec un joli bonus : la troisième place en catégorie Invités. Évidemment, on peut toujours spéculer sur la position à laquelle nous aurions pu terminer sans ce problème technique, mais bon, c'est ça aussi, la course. Nous terminons les 24 Heures sur le podium de notre catégorie et ramerons une coupe au bercail, c'est ça qui compte... En outre, j'ai remarqué, une fois de plus, à quel point l'ambiance dans notre team était formidable. Tout le monde a donné le meilleur de lui-même, les pilotes ont fait le maximum. Avec une mention spéciale tout de même pour Pascal ‘Macgyver’ Nelissen Grade: sans sa débrouillardise, nous serions restés sur le bas-côté de la piste. (Comm.)


15:44 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.